Camille Enrico est une voyageuse fascinée par les techniques artisanales
ancestrales des peuples qu’elle découvre.
Créative, persévérante et passionnée, Camille a trouvé une façon de lier sa
passion pour le textile et les bijoux en concevant des bijoux brodés.

Immersion dans cet univers joyeux et coloré.

© Juliette Alleaume

© Juliette Alleaume

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je suis Camille Enrico, créatrice de bijoux. À la base, j’ai fait des études de
stylisme-modélisme, j’ai un Master à l’Ecole Supérieure de l’Industrie du Vêtement et j’ai travaillé en tant que styliste de prêt à porter pendant cinq ans.

J’ai tout plaqué du jour au lendemain. Je suis partie en voyage pendant un an, en Asie et en Amérique Latine.
Pendant le voyage a muri le projet de lancer ma propre marque de bijoux. C’était un accessoire que j’avais vraiment envie de travailler depuis longtemps. J’en faisais comme ça, chez moi, pour mes copines, etc.

J’ai trouvé cette technique de broderie au fil de mes voyages, principalement en Amérique Latine.
Cependant, on la retrouve beaucoup aussi en Thaïlande et en Birmanie, sur les tissus traditionnels.

© Camille Enrico

© Camille Enrico

Je trouvais très intéressant d’allier cette technique (proche de ma formation première) sur du bijou en métal doré, de mixer les matières.

En rentrant de ce voyage, j’ai décidé de lancer ma marque.

© Camille Enrico

De quand date ce voyage ?

Je suis rentrée de voyage il y a 3 ans et j’ai lancé la marque il y a deux ans et demi.

© Camille Enrico

Comment a démarré cette passion pour le bijou ?

J’ai toujours été attirée par les accessoires, le bijou parce que je suis une fille et que naturellement c’est un accessoire qui m’attire.

Ma grand mère et mon arrière grand mère avaient de magnifiques bijoux de famille, j’ai donc toujours été sensible à ce type de produit.

© Camille Enrico

Je trouve que l’or, principalement, est une matière incroyable, solaire. J’ai vraiment voulu travailler sur une gamme dorée et le bijou était parfait pour cela.

En voyageant, on se rend compte que dans toutes les ethnies et tribus, partout dans le monde, le bijou est vraiment le signe distinctif, le symbole. Il est décliné dans chaque culture à travers ses propres traditions. Je me suis dis que ça avait un vrai sens de faire des bijoux.

© Camille Enrico

2-3 mots pour définir ton univers ?

C’est difficile, je dirais ethnique, urbain et métissé.

© Camille Enrico

Quand as-tu créé ton premier bijou ?
Qu’est ce que c’était et qu’as-tu ressenti ?

J’étais jeune, j’achetais des perles et des chaînes dans les merceries et je m’amusais à faire des cadeaux à mes amis et à ma famille. Je devais avoir 13-14 ans. Je suis assez manuelle donc je ressentais une certaine satisfaction d’avoir réussi à créer un produit qui me paraissait joli à l’époque mais qui, aujourd’hui, me semblerait totalement absurde !

© Camille Enrico

WSN7

10525924_592988900810516_7698985853817215047_n

Comment fonctionne ton processus de création ?

Quand je travaille sur une collection, je fais d’abord une grosse recherche, je me documente, je cherche des images, etc. En général j’ai des photos personnelles car chaque collection est inspirée d’un voyage que je réinterprète à ma manière.
Il y a vraiment une importante recherche iconographique.

© Camille Enrico

Je fais deux gros moodboards, j’en tire une gamme de couleurs, puis je dessine tous mes modèles sur Illustrator.

© Camille Enrico

Par la suite, je les envoie chez mon fabriquant qui les enregistre dans un système qui permet de travailler le laiton sur des grandes machines, à plat. Il les découpe grâce au procédé de gravure chimique. Les pièces sont ensuite pliées à la main. Je les récupère, elles sont ensuite envoyées chez un doreur parisien qui fait le bain d’or 24 carats sur le bijou. Les pièces sont ensuite brodées à la main.

© Camille Enrico

Avec combien de personnes travailles-tu ?

Ça dépend des périodes, je n’ai personne en fixe mais j’externalise beaucoup de pôles (presse, commercial, compta, etc…) .

Pour la production, comme c’est très saisonnier j’ai plusieurs brodeuses disponibles selon mes besoins et leur planning. Elles travaillent à côté en tant que costumières et couturières sur des défilés. En ce moment, j’ai également une stagiaire.

En revanche, les pièces disponibles sur mon site, je les brode moi-même à la commande.

© Camille Enrico

© Camille Enrico
© Camille Enrico

T’inspires-tu uniquement de ton grand voyage effectué il y a 3 ans ou de tes voyages actuels ?

Désormais, je m’inspire de mes voyages actuels. Les deux premières collections étaient inspirées de mon année de voyage. Et j’en ai également tiré l’identité de la marque. J’essaie également de faire évoluer les collections. Par exemple, j’ai fait un voyage au Brésil l’année dernière, je suis allée en Amazonie. La collection que je lance bientôt est inspirée de ce voyage.

© Camille Enrico



© Camille Enrico

© Camille Enrico

T’inspires-tu des techniques que tu observes durant tes voyages ?

Je n’observe pas forcément les techniques de bijoux, c’est davantage la nature qui va m’inspirer, les couleurs, les rencontres, une ambiance générale.

© Camille Enrico

Crédits photos : photographies publiées avec l’autorisation de Camille Enrico © Camille Enrico sauf le portrait de Camille : © Juliette Alleaume,
Natures mortes : Laure et Sarah, Shooting : Julien Soulier / Cyril Gourdin